• Etes-vous sourciers ou ciblistes ?J'aurais aimé avoir écrit ce post il y a une quinzaine de jours, mais le temps fut court. Il s'inscrit dans la continuité de l'émission "Les nouveaux chemins de la connaissance" dont j'ai parlé dans le dernier post publié. C'est l'interview de Jean-René Ladmiral, traducteur, philosophe et traductologue, faite le mercredi 19 mars par la philosophe et journaliste Adèle Van Reeth. Nous pouvons identifier facilement dans le contenu de ses propos la traduction observée, réfléchie et analysée par un philosophe ; ce serait peut-être ça la traductologie ? 

    Ladmiral commence l'interview disant que la traduction est accessoirement une affaire de langues. Nous traduisons des oeuvres et des textes, et derrière les textes il y a le projet de la pensée, de l'écriture, que nous sommes censés y déceler. La pluralité de la pensée, du vécu, de l'être-au-monde est multiple : il y a les cultures, les individus, les époques historiques et la langue, qui est un être-au-monde cognitif parmi d'autres.

    Selon lui, il faut relativiser l'importance de la langue dans la traduction. Et il nous apprend qu'à l'Institut de management et de communication interculturels de Paris où il enseigne, il y a d'abord un travail d'interprétation français-français qui va contre l'idée de transcodage qui serait de remplacer un mot par un autre. Ce serait la saisi d'un contenu et la possibilité de le reformuler. Bref, traduire c'est revivre.  

    Il considère la tentation littéraliste une régression, l'idée que la traduction se fait d'elle-même serait une illusion de transparence traductive. Les langues ont une existence concrète, il ne faut pas réduire la traduction à un problème de langues par défaut et par excès, on ne traduit pas des langues mais des messages, des oeuvres, des projets ; au même temps, la langue est ce qui résiste. La texture de la langue se perd dans une traduction. 

    Cet auteur distingue, alors, deux courants de traducteurs, à savoir, les sourciers, qui concentrent leur attention au signifiant (la langue source) et les ciblistes qui concentrent leur attention sur les effets (la langue cible). Il se présente comme un cibliste car il estime que l'on ne traduit pas le signifiant mais le sens, un effet esthétique, sémiotique, littéraire et comique, le travail d'un traducteur étant une sorte de restitution de la langue. Or, selon lui, la logique des sourciers est de répéter le texte original. Alors qu'il faut faire le deuil de l'original.

    Tous les arguments contre la traduction se résument en un seul: elle n'est pas l'original. La traduction serait donc comme un ami qui a perdu la femme qu'il aime; on lui présente une autre femme qui a le même prénom, le même métier, le même âge, mais elle n'est pas celle qu'il aime.   

    Pour Ladmiral il y aurait deux deuils dans la traduction : de l'original et d'un certain nombre de choses qui ne passeront pas qui concernent la singularité de l'oeuvre. La traduction serait donc une sorte de profanation.

    Voici pour l'essentiel, évidemment l'interview était plus riche et dynamique, ils ont abordé la traduction de la Bible mais, helàs, je n'ai pas réussi à bien résumer les idées exprimées à ce sujet. Encore une fois, toute cette discussion concerne la traduction littéraire comme certains l'ont remarqué à propos de la première interview. Et encore une fois, ces propos soulèvent la polémique. Pour ce qui me concerne très personnellement, la distinction sourciers et ciblistes a été une découverte instructive et pertinente. 

    Bibliographie :

    José Ortega y Gasset, Misère et splendeur de la traduction, Les Belles lettres, 2013.

    Jean-René Ladmiral, Sourcier ou cibliste, Les Belles lettres, 2014.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    1 commentaire
  • Qu'est-ce que traduire ?La semaine dernière, l'émission radio quotidienne Les Nouveaux chemins de la connaissance de France Culture consacrait quatre émissions de 50 minutes au thème de la traduction. J'ai pu en écouter trois sur quatre. Vraiment passionnant ! Il me serait très difficile de transposer l'échange entre l'intervieweuse et les interviewés mais j'essaierai de résumer ici quelques-unes des principales idées exprimées ne serait-ce que par quelques phrases, d'autant que les questions étaient aussi pertinentes et intéressantes que les réponses fascinantes. Ce fut l'occasion de faire connaissance avec trois pointures de la traductologie dont les noms et les oeuvres seront référencés à la fin de chaque résumé.

    La philosophe Adèle Van Reeth a interviewé le lundi 17 mars le philosophe Marc de Launay autour de son livre " Qu'est-ce que traduire ? ", le mardi 18 la philosophe et psychanalyste Anne Dufourmantelle sur ce que disent nos rêves, le mercredi 19 le traducteur, philosophe et traductologue René Ladmiral et le jeudi 20 la philologue et philosophe Barbara Cassin avec qui la question des concepts intraduisibles a été abordée. 

    J'ai essayé de tout faire dans une seule publication, mais ayant pris le parti de faire des textes courts, j'ai finalement décidé de faire une publication par auteur. Mais avant, j'aimerais reproduire une partie de l'introduction faite par Adèle Van Reeth qui, en soit, mérite notre attention : "La traduction donne à l'homme ses meilleures leçons d'humilité : pour être précise et fidèle, elle n'est jamais parfaite. Car entre le sens et l'intention, entre ce que le texte exprime et ce que l'auteur veut dire, il faut choisir, et ce choix n'engage rien de moins qu'une conception du sens comme événement. De deux choses l'une: ou bien la multiplicité des langues ne sont que les diverses manifestations d'un sens originaire et universel, qui, pour être le ciment de l'humanité, n'appartient à personne, ou bien elles sont le signe que le sens échappe toujours en partie au langage, auquel cas l'écriture serait une tentative jamais close de ressaisir ce reste, cet au-dehors du langage sans lequel l'art n'aurait plus lieu d'être".

    Voici donc les grandes lignes de quelques idées exprimées dans l'échange entre Adèle Van Reeth et Marc de Launay du lundi 17 mars. 

    Pour Marc de Launay, le traducteur reconstruit le sens. Il y a une distance entre l'intention de l'auteur et ce qu'exprime le texte. Les intentions peuvent ne pas correspondre à la réception du livre ni les effets des traductions dans des situations culturelles et des états de langue qui ne sont pas comparables. La traduction, au delà de faire passer un texte d'une langue à une autre, prépare le texte à sa réception dans une autre culture. 

    Cet auteur distingue trois processus dans la traduction: l'interprétation, qui met en jeu une conception du langage et de la production du sens à l'intérieur ou à l'extérieur du texte; la différenciation de chaque langue parmi toutes les langues, la traduction contribuant à l'inévitable dispersion et differenciation des langues; la symbolisation, ou resymbolisation puisque la traduction est faite par un individu situé historiquement qui réécrit avec ses moyens limités, historiquement défini, un autre texte ayant recours au même processus de symbolisation que l'auteur.  

    Evidemment, ce que j'ai retranscrit ci-dessus n'est qu'une toute petite partie d'une conversation riche et dynamique, une partie partielle puisque ce sont les morceaux que j'ai choisis parmi d'autres. Malgré le manque de linéarité, j'espère avoir réussi à éveiller l'envie d'en écouter l'intégralité, le lien de l'émission se trouve ci-dessous ainsi que les références bibliographiques. 

    Quant à moi, je vous dis à très bientôt pour la suite des interviews. 

    Les Nouveaux chemins de la connaissance - Qu'est-ce que traduire ?

    Références bibliographiques :

    Marc de Launay, Qu'est-ce que traduire ?, Vrin, 2006.

    Christian Berner et Tatiana Milliaressi, La traduction : philosophie et tradition, Presses Universitaires du Septentrion, 2001.

    Paul Ricoeur, Sur la traduction, Bayard, 2004.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Stages de formation professionnelle  

    L'année dernière à cette même époque je vous avais transmis quelques informations sur les stages-retraite de formation professionnelle à la traduction littéraire. Je viens de recevoir l'annonce pour les formations de cette année 2014. Les voici : 

    Durant les vacances de Pâques, du samedi 5 avril au lundi 21 avril inclus, le Centre Européen de Traducteurs Littéraires (CETL) organisera différents types de stages au Collège des traducteurs littéraires de Seneffe, dans le Château de Seneffe, en Belgique. 

    Ces stages sont divisés en trois formules qui concernent différents « métiers » de la traduction : le surtitrage (ne pas confondre avec le sous-titrage), l’édition de texte et l’écriture créative pour traducteur littéraire. Ils s’adressent à un public large qui souhaiterait élargir son domaine de compétence par un stage de formation professionnelle. 

    Le stage de surtitrage sera animé par Michel Bataillon et Pierre-Yves Diez. Ce sont 5 journées de travaux, du mardi 15 au samedi 19. Le coût du séjour-formation-repas est de 600 euros tout compris.  

    Le stage d'édition de textes sera animé par Denise Laroutis. Ce sont 3 journées de travaux entre le 5 et le 12 avril dont les dates précises seront données postérieurement. Le coût du séjour-formation-repas est de 400 euros tout compris.  

    Le stage d’écriture créative pour traducteurs littéraires sera animé par Michel Volkovitch. Ce sont deux journées et demie de travaux, dates à fixer entre le 5 et le 12 avril.  Le coût du séjour-formation-repas est de 300 euros tout compris. 

    D'après Françoise Wuilmart, directrice du CETL et du CTLS, "on manque de bons surtitreurs (pour le théâtre et l'opéra), c'est un métier en expansion, le stage de Seneffe a chaque fois débouché sur de sérieux acquis et permit aux candidats d'exercer très vite leurs nouvelles compétences" 

    Les personnées intéressées doivent s'adresser à Françoise Wuilmart à l'adresse électronique suivante : ctls@skynet.be   

    Ou visiter le site du  Centre Européen de Traduction Littéraire.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Première Université d'été en traductologie

    Je viens de recevoir une annonce qui, je crois, intéressera certains d'entre vous, que voici: 

    La Société d'Etudes des Pratiques et Théories en Traduction - SEPTET organise pour l'année 2015 sa première Université d'été internationale en traductologie, du 19 au 25 juillet. Elle aura lieu à l'Abbaye de Valloires, à Argoules, en France. 

    D'après les informations transmises, il y aura une formation intensive en histoire, en théories, en méthodologies de la traduction en forme de conférences, d'ateliers et de débats. Un site est en cours de construction, le programme détaillé sera disponible en mai 2014. 

    Cette Université d'été concernera un public d'étudiants de doctorat, de master, de licence ainsi que de traducteurs professionnels et chercheurs en traductologie. Les langues travaillées seront le français et l'anglais. 

    Le comité organisateur est composé de Florence Lautel-Ribstein, Présidente de la SEPTET, directrice du programme et de Viviana Agostini Ouafi de l'Université de Caen, la co-directrice.

    Les personnes intéressées sont invités à faire leur pré-inscription auprès de Florence Lautel-Ribstein, à l'adresse suivante: florence.lautel@univ-artois.fr

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    2 commentaires
  • Grandeur et misère des traducteursGrandeur et misère des traducteurs est le titre d'un article paru dans le Nouvel Observateur de la semaine dernière consacré au métier de traducteur. Même s'il n'y a aucun scoop - pour utiliser un terme journalistique, il a le mérité de s'intéresser à notre métier si souvent oublié, voire même négligé et dont l'importance ne cesse de s'accroître. J'ai appris des petites choses intéressantes qui aident à mettre notre solitaire profession en perspective, que je partage ici avec vous:

    D'après l'article de Jacques Drillon, huit traducteurs sur dix sont des femmes; les traducteurs techniques sont souvent des employés qui travaillent en CDI pour des entreprises ou des agences spécialisées avec une rémunération qui va de 16.000 à 90.000 euros bruts par an, certains nécessitent arrondir leurs fins de mois par des traductions supplémentaires; les traducteurs de livres sont indépendants et doivent publier six ou sept livres par an pour vivre correctement; pour comparaison, en Allemagne un traducteur de livres doit publier trois ou quatre fois plus pour vivre de leur métier; chaque année 150 professionnels arrivent sur le marché, dont 80 traduisant de l'anglais. 

    Il continue en disant que dans ce métier "la règle est rare, c'est la négociation qui est la règle". Et que la rémunération moyenne des traducteurs a connue une baisse de 15 à 30% les 15 dernières années malgré la revalorisation calculée par certains éditeurs d'environ 10%. Cette baisse est due au mode de calcul bousculé par l'arrivée des ordinateurs comme outil de travail. Lorsqu'on tapait à la machine, la base de calcul était un feuillet de 25 lignes et 60 signes, l'éditeur comptait combien de feuillets comportait le manuscrit pour payer son traducteur sur cette base. Avec le traitement de texte et la possibilité de compter les signes, les éditeurs ont éliminé les blancs, c'est à dire "ils comptaient les signes seuls, pas les espaces entre les mots". D'où une baisse considérable. 

    En lisant ce texte j'ai fait une triste découverte que je n'ai heureusement jamais vécu: certains traducteurs reçoivent leur chèque seulement à la parution du livre et non à la remise du texte ! J'insiste sur le point d'exclamation car cette pratique me paraît abusive. Lorsque je pense à ce livre que j'ai traduit il y a maintenant plus d'un an et qui paraîtra - peut-être - cette année, l'éditeur n'ayant pas la date exacte, j'aurais beaucoup du mal à gérer mon anxiété.

    A titre très personnel, j'ai bien aimé apprendre que le traducteur professionnel travaille toute la journée et que le traducteur occasionnel se limite à "faire ses pages" toujours à la même heure quoi qu'il arrive, ce qui engendre une différence dans la "productivité" de chacun, certains traduisant 1000-1500 mots à l'heure d'autres piétinant à 200-400. Cela me donne un sympathique repère.

    J'étais surprise, par contre, de lire que certaines traductions ne sont pas relues par un correcteur. Il me paraît que, malgré toute la rigueur que l'on puisse avoir à réaliser un travail, il serait quasiment impossible ne pas laisser passer une petite faute par-ci par-là, surtout lorsque l'on traduit deux langues latines et leurs nombreux "faux amis". Le journaliste parle alors du cas de la publication de "Millénium" qui comportait des centaines de grosses fautes de français. Je n'étais pas au courant du cas Millénium, et vous ?

    Enfin le journaliste termine en disant que le traducteur est un auteur, que son nom doit apparaître sur la couverture ou au moins quelque part dans le livre et qu'il détient un droit moral inaliénable sur son travail. Tiens, certaines maisons d'éditions devraient bien lire ça.

    Pour les intéressés, ce numéro du Nouvel Observateur reste en kioske jusqu'à demain, lorsque le nouveau numéro paraît. Je sais que la plupart des informations transmises ici sont connues de la plupart d'entre vous, il n'empêche j'étais contente de trouver un article sur notre profession si méconnue et si rarement partagée, du coup je me suis sentie un peu moins seule...

    Sources : "La Condition du traducteur", de Pierre Assouline (CNL, 211) e une enquête commandée en 2010 par le Syndicat national des Traducteurs professionnels. 

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique