• Pour l'enseignement de l'anthropologie dans les collèges

    Pour l'enseignement de l'anthropologie dans les collègesIl y a quelques jours j'ai commencé à mener une petite campagne pour l'enseignement de l'anthropologie au collège. Solitaire mais pleine de conviction. Le moment est très opportun. Dans ce débat autour de l'enseignement de la laïcité et du fait religieux dans les écoles, quelle discipline pourrait parler de tout cela mieux que l'anthropologie ? Or, le propre même de l'anthropologie est la neutralité car elle ne se limite pas à transmettre la connaissance, elle opère aussi sur le regard que l'on porte sur soi-même, sur les autres et, par conséquent, sur la société dans laquelle nous vivons.

    J'ai donc écrit à la Ministre de l'Éducation Nationale. J'ai également envoyé ma suggestion à deux débats, l'un sur France Bleue Alsace et l'autre sur Europe 1. Je sais, pourtant, que ces lettres resteront sans réponse et c'est pour cela que je recours maintenant à mon blog. Pour faire appel à ceux qui croient, comme moi, que l'anthropologie pourrait intégrer le programme scolaire des collégiens, voire des lycéens ou écoliers, d'adhérer à ma campagne. Ainsi, la laïcité serait enseignée dans son contexte historique et le fait religieux dans un large tableau incluant aussi les religions non monothéistes. Et les différences culturelles seraient montrées telle qu'elles sont : des différences dans le système de valeurs et de pensée, dans la vision du monde, bien au-delà des différences culinaires ou vestimentaires. 

    Lorsque j'exerçait l'anthropologie, j'avais été appelée à intervenir dans une association humanitaire qui avait pour mission de travailler avec des gens de différentes nationalités. Il y avait beaucoup de conflits car le problème de l'interprétation des comportements des uns et des autres grandissait. J'ai donc préparé une conférence avec l'aide de l'un de mes maîtres incontestés, j'ai utilisé le discours de Claude Lévi-Strauss proféré aux Nations Unis intitulé "Race et histoire". J'ai essayé de casser leurs paradigmes, d'inverser leur vision des choses, et c'était plutôt réussi. Les auditeurs sont sortis différents car, avant, ils portaient un jugement sur les autres à travers le filtre de leur propre culture, d'un regard chargé de leurs propres valeurs, en d'autre mots, ils jugeaient alors qu'ils devraient chercher à comprendre. Et c'est cette question de l'interprétation souvent erronée qui se trouve au cœur des conflits interethniques, en large et en petite échelle.

    Je ne crois évidemment pas que les choses pourraient évoluer dans le bon sens comme dans un tour de baguette magique, mais je suis totalement persuadée que l'enseignement de cette discipline pourrait rendre la vie en société moins difficile, qu'elle pourrait ouvrir le regard de tout un chacun. Le credo "différents mais égaux" prendrait, avec elle, tout son sens. 

    « O uso prático da antropologiaPara o ensino da antropologia nas escolas »
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :